Blog / Soft plyometric box

Posted on 21 January, 2020 by Clemence Simon

Et si on commençait l’année sur une bonne note? Genre en évitant de transformer ses tibias en pâté en croûte parce que tu as abusé des verrines Picard et que tu as l’impression de modifier l’axe de la Terre à chaque fois que tu sautilles sur tes petons? Oui, tu as eu beau gober des citrates de bétaïne plus vite que ton père avalait du LSD dans les années 70 (tu sais, quand il portait des tuniques en lin), rien n’y fait : tu te sens plus confit que les cuisses de canard que Tata Josette a servi pour le 1er janvier. Et avant d’attaquer la galette, autant éviter de la taper…à cause d’une accélération de tes particules internes ou d’une douleur intense causée par la rencontre inopinée entre tes jambes et d’hargneux angles d’une vile box en bois.


Personnellement, avant même de tenter la transformation annuelle en loukoum post Papa Noël, j’ai toujours détesté les box jumps. En fait, j’ai toujours détester sauter, qui plus est au-dessus ou sur un obstacle. Clairement, je n’ai pas été un poney Shetland dans une autre vie. D’ailleurs, je suis allergique aux poneys. Si ce n’est pas un signe, ça. A l’école, l’épreuve de saut en hauteur se transformait rapidement en crash aérien sur un tapis DIMA. En plus, avant de commencer le CrossFit®, j’ai eu la chance immense de voir une vidéo de fails de box jumps. Moralité, j’étais conditionnée par la CIA pour honnir l’exercice. J’ai donc longtemps fait des step-ups. Ensuite, j’ai été plus ou moins poussée à faire des box jumps sur une caisse en bois. Personnellement, les seules boîtes en bois que j’accepte de fréquenter contiennent du dérivé de jus de raisin. Et un jour je me suis croûtée. Encore. Et encore. Et encore. Jamais rien de bien méchant. Mais suffisamment douloureux et dégueux pour finir avec des hématomes, des bosses et des balafres de pirate. 

Comme je n’avais pas spécialement envie de me déplacer en animalerie pour acheter un perroquet, j’ai entamé une grève : plus de box jumps tant qu’on abattait des forêts. Ca a duré plus de 3 ans. 3 ans pendant lesquels je me limitais aux step-ups. Et puis j’ai changé de box. Là, il y avait des versions en mousse. Plus moyen de reculer. Sauf qu’en ayant pris l’habitude de faire des step-ups, j’étais devenue une vraie cruche quand il fallait sauter. Même les box de 30 cm étaient un sacré chantier. Heureusement, grâce à l’acharnement et la résistance psychologique des coachs, j’ai fini par pouvoir jouer les zébulons. En tant que représentante de la CFDT (CrossFit® Deadlifts et Tiramisu), j’annonçais la fin du mouvement syndical. 

Et pour fêter ça, j’ai eu la possibilité de tester la box plyo souple de UK Supreme Fitness. Bon, un test qui a mis du temps à commencer parce que, à force de tenter de m’encastrer dans les box en mousse, j’avais les tendons d’Achille qui jouaient des castagnettes. Et puis, j’ai eu l’idée brillante de me flinguer la cheville. Bref, l’alignement des planètes était mauvais. Mais on a fini par y arriver. Donc, ça donne quoi, ce test? 
D’abord, ça a commencé par une surprise. L’arrivée d’un carton…tout plat. En fait, je m’attendais à voir arriver une box en mousse, montée. Sauf que la box plyo UK Supreme Fitness est un peu différente. Elle est arrivée dans un petit carton, en mode « j’ai blindé le coffre de la Punto avec une commande MJAVWLJUL chez le géant suédois ». 


Ensuite, il a fallu prendre un peu de temps pour jouer à Bob le bricoleur. Parce que l’animal est en fait une box plyo en bois, recouverte de mousse et d’une housse. Elle n’est pas 100% soirée mousse. Aussi, voyant la structure de la bestiole, j’ai aussitôt pensé à mes tibias. Serait-elle indulgente avec mon anatomie? A cet instant, le mystère était encore plus entier que la composition de la crème anti-rides de Jennifer Lopez.


Pendant que le barbu testait la box sur le tapis du bureau (mauvaise idée pour la paix du voisinage et aussi parce qu’un tapis, ça glisse), j’ai décidé d’attendre un peu (parce que j’aime bien mon kiné mais les articulations dans le sac, ça va 5 minutes). Le test a donc été effectué à la box, sur un sol qui t’évite de te prendre pour Candeloro à Holiday on Ice. 
Très concrètement, j’ai testé la collision. Mes tibias n’ont pas hurlé à la maltraitance. En effet, la box reste souple, mais pas trop. Grâce à la structure en bois, elle est bien rigide mais avec le revêtement en mousse et la housse (qui ne glisse pas), elle est confortable pour les gamelles. Elle l’est aussi pour sauter et faire du step-up (par exemple avec des dumbbells, sans avoir l’impression d’entamer un voyage au centre de la terre).


L’autre avantage (en dehors du fait que tu peux en faire un pouf pour les soirées entre copains), la box qui m’a été envoyée existe en deux modèles : une version 40/50/60 cm et une version standard 50/60/75. J’ai testé la version Polly Pocket, qui se glisse dans tous les garage gyms, même ceux coincés entre le lave-linge et la tondeuse autoportée. En plus, c’est un format idéal si, comme moi, tu es en mode crétine du box jump et que tu as besoin de dresser l’animal (ou ton mental) avant de te confronter aux hauteurs standards. C’est donc possible avec la hauteur 40 cm. Par contre, comme elle est plus petite que la version standard, ça peut causer un contact entre différents fils du bulbe et demander un temps d’adaptation. Si comme moi, tu sautes trop près de la box, ça peut te faire flirter avec le box jump over en moins de temps qu’il ne faut pour dire « marrons glacés ». Donc il faut un peu viser au milieu, histoire de ne pas transformer le WOD en animation gym « salto avant ». Mais comme souvent avec les changements de repères, c’est une habitude à prendre.


En bref, la box plyo souple, petit modèle, est une option très intéressante pour ceux qui veulent faire des box jumps dans leur garage gym ou travailler leur appréhension. Elle se case partout, est solide (et légère en même temps) et tibias-friendly. Bien sûr, dans le cas d’un usage intensif en box, opter pour les dimensions standards sera sûrement plus pertinent !

Box plyo souple, de 143 € (petit modèle) à 209 € (modèle standard), disponible chez UK Supreme Fitness : https://uksupremefitness.com/fr/soft-plyometric-box?setCurrency=EUR

Point info traffic : cette box m’a été offerte par UK Supreme Fitness (que je remercie, d’ailleurs). Toutefois, cet article ne fait pas l’objet d’une quelconque rémunération ou commission. L’avis émis est le mien, à 100% et, je l’espère, objectif.